top of page

PERLES DE ZOHAR

Image2_edited.png

LA PROVIDENCE DIVINE 

Providence

כַּד אִסְתַּלְקַת מֵעָלְמָא, הָא לֵית מַאן דְּיַשְׁגַּח בְּעָלְמָא, וְדִינָא שָׁלְטָא כְּדֵין עֲלוֹי, וְכַד יִתְמָחוּן חַיָּיבֵי עָלְמָא וְיִסְתַּלְּקוּן מִנֵּיהּ (דְּעָלְמָא), שְׁכִינְתָּא אֲהַדְרַת מְדוֹרָהּ בְּעָלְמָא. 

 

Quand Elle [la CHEKHINA] S’éloigne du monde, il n’y a plus personne pour veiller sur le monde, et le JUGEMENT [de RIGUEUR] domine alors sur lui. Mais quand les COUPABLES disparaîtront et quitteront le monde, la CHEKHINA reviendra [rétablir] Sa RÉSIDENCE dans le monde. 

ZOHAR NOA 68b

Image2_edited.png

LA CLÉMENCE DE HAKADOCH BAROUKH HOU  

Clémence

אָמַר רַב יְהוּדָה אָמַר רַב, לָא חָזִינָן רַחְמָנוּתָא כְּרַחְמָנוּתָא דְקֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, בְּכָל מָקוֹם אַתְּ מוֹצֵא כְּשֶׁחָטְאוּ יִשְׂרָאֵל, וְשָׁבוּ לְמוּלוֹ, פָּשַׁט יָדוֹ וְקִבְּלָם, וּמָחַל לָהֶם מִיָּד, הָדָא הוּא דִכְתִיב, מִי־א״ל כָּמוֹךָ נֹשֵׂא עָוֹן וְעֹבֵר עַל־פֶּשַׁע. 

 

RAV YEHOUDA a dit : RAV a dit : ‘Nous n’avons jamais vu une clémence comme l'INFINIE CLÉMENCE de HAKADOCH BAROUKH HOU : chaque fois que les BNEI ISRAËL ont fauté et qu’ils sont [ensuite] revenus vers LUI [avec un cœur sincère], tu peux voir qu’Il a tendu Sa MAIN [DROITE (TANḤOUMA BECHALLAḤ 15)], qu’Il les a acceptés et qu’Il leur a immédiatement pardonné. C’est ce qui est écrit : « Qui est E-L comme TOI, QUI pardonnes les fautes et QUI absout les transgressions ? » (MIKHA 7, 18).

ZOHARADACH BERECHIT 24b

Image2_edited.png

QU'EST-IL PERMIS D'ÉTUDIER ?

Permis

אָמַר לֵיהּ, אוֹרְחוֹי דְּמָארָךְ וְגַזְרֵי דְּמָארָךְ, מַה לָּךְ לְמִטְרַח בְּהוּ, מַה דְּאִית לָךְ רְשׁוּ לְמִנְדַּע וּלְאִסְתַּכְּלָא שְׁאֵיל, וּדְלֵית לָךְ רְשׁוּ לְמִנְדַּע, כְּתִיב אַל־תִּתֵּן אֶת־פִּיךָ לַחֲטִיא אֶת־בְּשָׂרֶךָ, דְּאוֹרְחוֹי דְּקֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא וְסִתְרִין גְּנִיזִין עִלָּאִין, דְּהוּא סָתִים וְגָנִיז לֵית לָן לְשָׁאֲלָא.

אָמַר לֵיהּ, אִי הָכִי, הָא אוֹרַיְיתָא כֹּלָּא סָתִים וְגָנִיז, דְּהָא הִיא שְׁמָא קַדִּישָׁא עִלָּאָה הֲוֵי, וּמַאן דְּמִתְעֲסָק בְּאוֹרַיְיתָא כְּאִלּוּ אִתְעֲסָק בִּשְׁמֵיהּ קַדִּישָׁא, וְאִי הָכִי לֵית לָן לְשָׁאֲלָא וּלְאִסְתַּכְּלָא.

אָמַר לֵיהּ, אוֹרַיְיתָא כֹּלָּא סָתִים וְגַלְיָיא, וּשְׁמֵיהּ קַדִּישָׁא סָתִים וְגַלְיָיא, וּכְתִיב הַנִּסְתָּרֹת לַיהו״ה אלהינ״ו וְהַנִּגְלוֹת לָנוּ וּלְבָנֵינוּ, הַנִּגְלוֹת לָנוּ, דְּאִית רְשׁוּ לְשָׁאֲלָא, וּלְעַיְּינָא וּלְאִסְתַּכְּלָא בְּהוּ וּלְמִנְדַּע בְּהוּ, אֲבָל הַנִּסְתָּרֹת  לַיהו״ה אלהינהֲוֵי״ו, דִּילֵיהּ אִינּוּן, וְלֵיהּ אִתְחַזְיָין, דְּמַאן יָכִיל לְמִנְדַּע וּלְאִתְדַּבְּקָא דַּעְתּוֹי סְתִימָא, וְכָל שֶׁכֵּן לְמִשְׁאַל.

 

RABBI ABBA a dit à RABBI YEHOUDA : ‘[En ce qui concerne] les VOIES [les PENSÉES] de CELUI Qui est ton MAÎTRE, et Ses DÉCRETS [Ses ACTIONS], qu’as-tu à te fatiguer [pour chercher à les comprendre] ? Sur ce qu’il t’est permis de savoir et ce sur quoi tu peux méditer, pose-toi des questions. Mais au sujet de ce qu’il ne t’est pas permis de savoir, il est écrit : « Ne permets pas à ta bouche de t’entraîner à fauter… » (KOHELET [L’Ecclésiaste] 5, 5), car au sujet des VOIES du SAINT, loué soit-Il, et de Ses SUPRÊMES SECRETS [les trois premières SEFIROT et les ACTIONS qui en découlent] qu’Il a dissimulées et qu'Il a rendues impénétrables, tu n’as pas le droit de te poser des questions.’


[RABBI YEHOUDA] lui dit [à RABBI ABBA] : ‘S’il en est ainsi, la TORA tout entière est impénétrable et dissimulée [car tout ce qui s'y trouve révélé n’est qu’un HABIT EXTÉRIEUR, alors qu’en vérité Elle est pleine de SECRETS]. Il est certain que toute la TORA représente le NOM SAINT et SUPRÊME, et celui qui étudie la TORA [est considéré] comme s’il s’efforçait d’étudier Son SAINT NOM ; on ne devrait donc pas se poser de questions ni méditer [sur la TORA, y compris sur ses aspects révélés représentés par les sept SEFIROT inférieures] !’


[RABBI ABBA] lui dit : ‘Toute la TORA est impénétrable et dissimulée, et Son NOM aussi est impénétrable et dissimulé. [À ce sujet] il est écrit : "Les SECRETS [appartiennent] à L’ÉTERNEL notre D., et tout ce qui est révélé est pour nous et nos enfants" (DEVARIM [Deutéronome] 29, 28). "Tout ce qui est révélé est à nous…" signifie qu’il est permis de poser des questions, d’approfondir et de réfléchir [à propos de ce qui est révélé]. Mais "Les SECRETS [appartiennent] à L’ÉTERNEL notre D. … » : ils sont à LUI [SEUL], et cela LE concerne, car qui peut connaître et saisir Sa PENSÉE SECRÈTE [Qui est en fait l’ESSENCE de la CONNAISSANCE], et à plus forte raison poser des questions [sur ce qu’Il fait] ? Viens, et vois ! Il n’est pas permis aux habitants de ce monde de prononcer des PAROLES qui ont été dissimulées, sauf pour [celui qui est appelé] ‘la SAINTE LAMPE’, RABBI CHIM’ONE, étant donné que le SAINT, loué soit-Il, lui en a donné la Permission, et parce que sa génération est estimée EN HAUT et EN BAS. C’est pourquoi des SECRETS ont pu être révélés par lui. Mais il n’y aura pas d’autre génération comme celle dans laquelle il a vécu, jusqu’à ce que vienne le ROI MACHÏAḤ [Qui a été oint et Qui viendra sauver l’humanité].

ZOHAR LEKH LEKHA 129a

bottom of page